Biographie Discographie Bibliographie Presse Spectacles Concerts Contact Blog Liens
NOUVEAU SPECTACLE

Nous irons pleurer sur vos ombres
 

La Gwerz

Yann-Fañch Kemener tient le Texte pour primordial. "C'est lui qui permet la réflexion, qui donne l'essence de la poésie et qui livre l'histoire. C'est un rythme sur une mélodie." Bretonnant de naissance, il s'intéresse davantage a sa langue maternelle tant par son travail que par une démarche militante qui le conduit à traduire son nom.

Le texte breton est le fruit, généralement, d'une poésie qui puise ses sources dans les temps anciens. Celle-ci est très complexe. Elle comporte une sorte de double rime : à la rime de vers, s'ajoute celle de la césure. Dès lors, le verbe est doté d'une certaine force, que fait ressortir sa qualité d'élocution et son sens profond. De cette difficulté découle une lecture plus naturelle et une transmission plus fluide.

Il existe différents supports pour classer cette poésie. La Kan ha Diskan, la gwerz, le sône, les comptines, ou le cantique… La gwerz est une complainte narrative, longue et épique, souvent dramatique. C'est le récit très souvent précis, c'est l'Histoire du peuple, celle qui se raconte aux veillées. Le sône est un chant plus gai, ce sont les histoires d'amour, les récits poétiques, fantastiques…

Yann-Fañch est l'un des derniers chanteurs bretonnants de naissance à transmettre les gwerzioù (pluriel de gwerz) apprises à l'enfance ou recueillies lors de collectage (collecter les textes et mélodies auprès de chanteurs détenteurs d'un patrimoine particulier). Pour lui, la gwerz, c'est le voyage : à travers l'imaginaire et l'émotion, c'est sortir de ce temps pour en trouver un autre.

La gwerz se fait par tradition a capella. Elle peut aussi être orchestrée. Le travail du chanteur diffère alors selon qu'il l'interprète comme un chant à danser ou comme une gwerz orchestrée. Dans le premier cas, l'instrument lui répond, comme le chanteur dans le Kan ha Diskan. Dans l'autre, l'instrument accompagne, embelli par quelques accords. Chez Yann-Fañch, ce travail peut se comparer, en prenant pour exemples le disque Chants Profonds de Bretagne volume 4, l'un des Barzaz, Gwerzioù ha Sonioù, ou l'un des trois albums de la période avec Didier Squiban. Dans cette dernière période, le travail d'Ile-Exil et Enez Eusa montre avec netteté ces deux interprétations. En effet, une gwerz orchestrée ne doit pas être contrainte par les instruments, pour préserver la liberté du texte."

Jérémie Pierre JOUAN
Sources :

Yann-Fañch sur France-Culture, 12 septembre 1998
Archives Personnelles
Livrets de disques
Dossier de presse (François Daniel), Siam Productions
Sous la direction de Yann-Fañch Kemener.

Crédits photographiques :

Archive Privée YFK
Pochette Gwerzioù ha Sonioù
Pochette Enez-Eusa

[Haut de la Page]

 
 
© Paris-Brest.com - Google+